Acceptez de vivre la vie en rose

J'ai récemment été confrontée à une description inattendue de certains comportements : "elle voit la vie en rose". J'ai pensé, "yah, okay, elle fait des blagues en marchant, même quand elle a les godasses dans le crottin." Il paraît, que cela peut-être interprété comme "voir la vie en rose". Il semblerait

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

J'ai récemment été confrontée à une description inattendue de certains comportements : "elle voit la vie en rose". J'ai pensé, "yah, okay, elle fait des blagues en marchant, même quand elle a les godasses dans le crottin." Il paraît, que cela peut-être interprété comme "voir la vie en rose". Il semblerait que certains ne voient pas l'intérêt de rire de tout, voire pas du tout.

Jeux à parts, le micro-défi quotidien que je pratique - et que j'ai piqué à des personnes bien plus savantes - est celui de lister touts les soirs les trois choses pour lesquelles j'éprouve de la gratitude. Tout le monde n'a pas attendu Arianna Huffington pour s'y mettre, j'entends beaucoup de variantes du gratitude diary autour de moi :

  • listes gribouillées à l'ancienne dans des moleskins petit formats, stylo plume ou bille en main,
  • applications diverses et variées, souvent tournées autour de la motivation et de la confiance en soi (un peu comme les appli de yoga, on peine à trouver des versions moins "illuminées" pour les frenchies pas franchement accros à l'optimismus americanus),
  • technique plus sociable pour ceux qui vivent à plusieurs : se décrire la journée en trois points contents et trois points mécontents. L'avantage étant de pouvoir exposer à l'air libre et discutailler, bref, échanger.

Alors certes, on ne change la vie de personne, si ce n'est qu'il paraît que ce genre de comportements rend plus à même de déceler la beauté de nos propres vies. Loin de la course à la performance, on s'approprie les prime times de la journée, on les nomme, on les explique sur notre échelle de valeurs et on met notre cerveaux dans une disposition positive : à force de décrire les choses pour lesquelles on éprouve de la gratitude, on se trouve mieux armer pour les reconnaître lorsqu'elles se présentent au quotidien - en live, pour ainsi dire.

Si les études américaines suggèrent que ces comportements améliorent la qualité de vie - et la santé des sujets -, l'article wikipedia sur le sujet n'existe qu'en anglais pour l'instant. C'est le témoin de notre scepticisme français, peut-être, ou encore d'une naïveté de penseurs américains, même à Berkley, dont la culture est quand même bien plus enthousiaste que la nôtre.

En vérité, la raison principale pour ce genre de comportements est de cesser de dramatiser le quotidien. Être exigeants dans nos attentes, oui, en être pour autant relous, non merci. Alors au risque d'être niais, soyons marrants et contents. Si on ne rit pas lorsqu'on a les bottines dans le crottin, on se prive de la meilleur marrade de la semaine.

Et vous ?

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner