Faire le poirier, des recherches préliminaires

J'ai récemment assisté au mariage d'un ami d'enfance. Ce fut l'occasion de faire un aller retour vers les lointaines contrées de mes jeunes années - la banlieue de Londres - et d'évoquer les souvenirs anciens de notre pré-adolescence. C'est au cours d'une de ces conversations que mon ami Chris m'a

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

J'ai récemment assisté au mariage d'un ami d'enfance. Ce fut l'occasion de faire un aller retour vers les lointaines contrées de mes jeunes années - la banlieue de Londres - et d'évoquer les souvenirs anciens de notre pré-adolescence. C'est au cours d'une de ces conversations que mon ami Chris m'a rappelé une scène à laquelle nous avions contribué, composée d'un figurant qui faisait le poirier pendant un long discours. Le souvenir était très vague, et pourtant, je me souvenais d'une composition scénique où chaque membre de notre classe avait dû se présenter en expliquant ou montrant son "talent caché". Et la première personne à monter sur scène, Niel, s'était élégamment mis la tête en bas, et avait tenu la position pendant une quinzaine de minutes.

Une petite partie de moi était jalouse de ce gamin de 11 ans. D'autant plus que je n'avais plus aucun souvenir du "talent caché" que j'avais présenté à la foule. J'ai donc décidé que le poirier serait le premier défi débile de ce blog. En réalité, il y a tant de choses que j'aimerais apprendre sans jamais les prioriser dans ma vie. Mais comment expliquer la folle envie de savoir jongler avec des bananes, chanter avec un coffre de tenor ou exécuter une prouesse physique inattendue ?

Nous voici donc lancés. Le défi consiste en ceci : être capable de tenir la position poirier sur la tête au plus tard fin décembre 2015. Le choix du poirier sur la tête et non les mains s'explique par des considérations pratiques - j'ai peur de casser tous les meubles de mon appartement - plus qu'autre chose et je le précise car la question m'a déjà été posée.

Aujourd'hui je suis au niveau zéro de ce défi : je n'ai jamais fait de gymnastique, je fais peu de sports d'équilibre, et j'ai arrêté le yoga voilà deux ans. Je ne pense pas être en très bonne voie.

J'ai donc tout naturellement commencé à me documenter sur le web, afin de savoir par quel bout aborder ce défi. La littérature (étonnamment) abondante sur ce sujet me suggère d'entrer par la porte du yoga. Ca tombe bien, j'ai toujours ce tapis de yoga bleu fadasse enroulé très en vue dans ma chambre. Son heure est donc revenue.

Je partage en vrac les quelques vidéos qui pourront donner aux autres débutants du poirier des pistes avec lesquelles expérimenter. Notez tout de même que le chemin au yoga mène souvent à l'étrange, mais que ces personnes ont toutes la particularité de faire de très beaux poiriers.

  • Pour les explications d'un jeune homme très maigre mais visiblement très compétent sur le sujet, cliquez ici. Ces techniques d'apprentissage passent notamment par l'utilisation d'un mur.
  • Dans une veine nettement plus organisée, voici la vidéo d'un cours de yoga qui sépare le poirier en plusieurs étapes faciles à comprendre. La prof est également souriante et parle beaucoup la tête en bas.
  • Si vous avez besoin d'une approche plus "coaching", cette troisième source vous apportera tout le soutient psychologique dont vous avez besoin. Descendez jusqu'en bas de la page, il y a même un encart avec des "Do s & Don't s" qui vous conseillera de rire lorsque vous tombez et d'éviter les sentiments de frustration.

Bonne chance !
Personnellement, je commencerai l'entraînement la semaine prochaine...

Pour la suite de cette aventure débile, le prochain épisode est ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner