La sieste au travail

J'en ai longtemps rêvé. Je pense que ma vie serait meilleur si je parvenais à dormir dans la journée. J'ai (un peu) testé. Pour vous ; et surtout pour moi. J'aime faire la sieste. Je n'y consacre pas autant de temps que le souhaiterais : les entreprises ne sont pas souvent configurées

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

J'en ai longtemps rêvé. Je pense que ma vie serait meilleur si je parvenais à dormir dans la journée. J'ai (un peu) testé. Pour vous ; et surtout pour moi.

J'aime faire la sieste. Je n'y consacre pas autant de temps que le souhaiterais : les entreprises ne sont pas souvent configurées pour les siesteurs.

Certes, il peut y avoir des salles de sieste sur les lieux de travail. Au Bureau International du Travail, justement, à Genève, il y a une petite salle au rez-de-chaussée. Elle ne donne pas envie. Et comment une salle prévue pour accueillir n'importe lequel des centaines d'employés, pourrait-elle inspirer confiance ? Le principe même de dormir dans une salle ouverte à tous, sans connaitre chaque personne, est assez intimidant.

J'ai la chance de travailler maintenant dans une start-up munie de poufs géants, où il n'est pas rare de trouver des managers assoupis, voire carrément complètement endormis. Il fallait donc en profiter. Profiter de ce cadre de confiance et de bienveillance pour remettre le cerveaux à zéro et revigorer l'ensemble.

Un micro-défi ambitieux, la redécouverte du sol

Il y a deux semaines je décide donc de lancer un micro-défi napping et de faire la sieste à plusieurs reprises pendant les 5 journées de présence au bureau.

La première était improvisée à 17h30 parce que j'avais une grosse échéance personnelle le soir, et que je souhaitais recharger mes batteries. J'ai écouté une playlist Pina Bausch, allongée sur le dos dans le coin d'une salle de réunion. Je n'ai pas exactement dormi, mais j'ai senti que le fait d'étaler tous mes os au sol avait solidifié l'ensemble. Il n'est pas impossible que j'ai grandi de deux centimètres dans le processus, comme il parait qu'on se tasse entre le matin et le soir.

Le lendemain, j'ai testé le créneau de midi, pendant que mes collègues déjeunait. Cette fois-ci j'étais plus ambitieuse : il me fallait un power nap - quelques minutes de sommeil pour la puissance. J'ai poussé le vice jusqu'à écouter un audio hypnotique sur YouTube. Je ne suis pas certaine d'avoir dormi, mais encore une fois, la position allongée au sol est physiquement bénéfique, et je ne pouvais pas être en moins bonne forme que vingt minutes auparavant.

Le dernier jour je suis revenue à la première technique, mais au créneau horaire de la seconde. Pigé ? J'ai écouté la playlist Pina Bausch pendant la pause déjeuner. Conclusions similaires, avec l'impressions de n'avoir pas forcément dormi, et d'être en forme.

En conclusion

Et puis j'ai arrêté. Parce que j'ai la flemme d'organiser mes midi autour de la sieste. Parce que j'avais l'impression de rajouter une discipline de plus à ma vie - comme le midi piscine hebdomadaire, l'alimentation saine, la ponctualité et toutes ces contraintes du quotidien - sans apprécier les emploi du temps fixes et prédéfinis.

J'y reviendrai. Par touches et par moments. A l'improviste.

Pour aller plus loin

Souvent la littérature à ce sujet parait un peu flou ou vague. La sieste est généralement admise comme une bonne chose pour la santé et pour la productivité - le graal des entreprises - sans qu'elle soit néanmoins préconisée comme discipline de vie.

  • Cet article résume à peu près tout ce qu'on trouve sur internet
  • Ce wikiHow est amusant de simplicité pour ceux qui aiment être guidés.
  • Pour le mobilier, il y a quelques inventions amusantes à découvir.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner