No poo, six mois sans shampooing ça se fête

Dans quelques jours j'aurai officiellement atteint l'objectif de 6 mois sans shampooing. Depuis le premier et second mois du défi, étant passé par toutes les phases du doute et de la rigolade, je vous présente dans ce billet de quasi bilan deux nouveaux temps forts de la vie capillaire, à

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

Dans quelques jours j'aurai officiellement atteint l'objectif de 6 mois sans shampooing. Depuis le premier et second mois du défi, étant passé par toutes les phases du doute et de la rigolade, je vous présente dans ce billet de quasi bilan deux nouveaux temps forts de la vie capillaire, à savoir la sortie chez le coiffeur et le voyage à l'étranger - à la sauce no poo.

Faire couper des cheveux no poo

J'arrête tout de suite les êtres capables de manier des ciseaux a quelques centimetres de leur propre visage et de juger de la pertinence d'une décision esthétique sur leur coupe. Je n'en fais pas (encore) partie et ne déteste pas l'idée de laisser un professionnel me tâter le cheveux. Or, aller chez le coiffeur avec une hygiène de vie no poo réclame de prendre sur soi et de se préparer à expliquer qu'on ne souhaite pas que les produits alignés en vitrine s'approchent de son scalpe.

J'en éprouvais une certaine inquiétude. Il faudrait soit tenter de se faire couper les cheveux à sec, soit venir avec mes propres produits - ainsi que leur mode d'emploi -, ou enfin demander que les cheveux soient mouillés ou rincés uniquement à l'eau. Pour une multitude de raisons, dont la nature fort docile de mes cheveux, c'est la coupe à sec qui me plaisais le plus. J'ai regardé quelques vitrines de coiffeur jusqu'à en trouver une qui affichait des pratiques bobo et des tarifs de coupe à sec, j'ai inspiré un grand coup et je suis entrée, prête à exposer ma vie à autrui.

Je supposais que le salon bio serait au courant des pratiques no poo. Ce ne fut pas le cas, néanmoins aucun sourcil ne se leva lorsque j'expliquais rapidement mes pratiques et mes souhaits. La coupe s'est passée de manière assez banale pour ne pas être développé. A part que la coiffeuse m'ait dit que j'avais les cheveux blonds, ce qui, pour ceux qui connaissent Aboul, est amusant.

Au final il me semble que les communautés no poo font un grand foin autour de la coupe de cheveux. Inutile de cèder à cette semi hystérie. Si un coiffeur ne peut pas comprendre que l'on souhaite une coupe à sec ou sans shampooing, ce n'est pas très grave. Et c'est une bonne raison pour tenter d'autres professionnels. Car rappelons le, nous parlons de cheveux, un sujet important, certes, mais bien moins que la plupart des sujets de votre vie bien remplie.

Voyager no poo

Lorsqu'on part en terrain inconnu, surtout en avion avec toutes les règles de sécurité et les contraintes de bagages, le no poo peut paraître irréaliste. Certains avouent franchement prévoir des options low poo pour éviter d'avoir à expliquer ce que fait une poudre de couleur douteuse dans leurs affaires. Par ailleurs, il est rare d'avoir accès à des œufs et du jus de citron une fois sur place. Il est donc préférable d'avoir prévu quelque chose en amont du voyage.

Pour mon dernier voyage, j'ai eu la chance de savoir de source sure qu'il existe une argile locale, facile à trouver, pour tester le no poo du coin et faire des stocks à ramener à Paris pour les mois à venir. Je ne peux que conseiller cette façon de voyager : se renseigner suffisamment sur le no poo - parfois ancestrale - et les argiles ou plantes locales utilisées. A défaut de quoi je pense qu'un petit contenant de de pâte très solide préparée à l'avance ou de poudre facile à dissoudre sous la douche (et non périssable, pitié), font très bien l'affaire. Cela se prépare effectivement un poil en avance, mais en ce qui me concerne le no poo n'a absolument pas altéré mon voyage.

Le bilan des six derniers mois et la suite

Pas facile de faire une synthèse si objective de ce genre de démarche personnelle. Le défi no poo était motivé à la fois par des considérations personnelles - notamment autour de l'utilisation de produits obscurs, incompréhensibles et polluants -, l'envie du challenge - qu'est-ce qu'on s'amuse à utiliser de nouveaux ingrédients dans nos cheveux -, et de rêverie franche - est-ce que le no poo permet vraiment de se laver les cheveux deux fois moins souvent et d'y penser beaucoup moins ? Ce ne sont pas forcément les mêmes raisons de mes autres amis no poo - comme en témoigne Oriane par exemple - ni des sources contradictoires qui prétendent que le chemin vers le beau cheveux passe par l'absence de shampooings commerciaux.

Mes cheveux n'ont pas fondamentalement changés. Ils sont lisses, faciles à coiffer, et toujours aussi châtains. Je les lave moins souvent et je pense que c'est en partie grâce au no poo qu'ils sont présentables 3 ou 4 jours d'affilés, soit deux jours de plus qu'auparavant. Mais c'est aussi tout simplement parce que cela fait 6 mois que je les lave moins souvent et que mon cuire chevelu s'est adapté. La même chose est sans doute possible avec le shampooing et le low poo.

J'aime toujours autant utiliser un tas de produits et de pâtes que je fais moi même. En termes d'emballages, j'en utilise moins, je pense, mais rien n'est parfait et il serait illusoire de penser qu'il existe une solution vraiment zéro-déchets dans ce domaine. Utiliser un oeuf implique de participer à une autre chaine de valuer, et je préfère vous épargner les nombreuses polémiques autour du traitement des poules et surtout des poussins mâles dans l'industrie des œufs. Je pense néanmoins que les produits rejettés dans la nature via le siphon de ma douche sont plus propres et moins chimiques.

Au bout de ces six mois je me suis fait un stock de produits que je vais pouvoir écouler le temps de continuer à tester des choses nouvelles. Je pense finir par me stabiliser sur deux ou trois routines que je pourrais alterner dans le mois, notamment celles à base d'œufs, d'argiles et de henné (neutre).

La sensation de la mousse ne me manque plus. J'ai remplacé un rituel pour un autre, et mes nouveaux massages de crâne hebdomadaires sont tout aussi agréables.

Pour l'intégrale de la série du no poo d'Aboul, rendez-vous sur les billets du premier, deuxième et quatrième mois. A l'avenir il n'est pas impossible que ces sujets resurgissent sous d'autres formes.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner