Tenter la vie des lève-tôt

Parmi les défis de la vie, il y a ceux qui reviennent périodiquement. Pour certains, le plus terrible d'entre eux se répète même tous les matins au réveil : sortir du lit. Ce micro-défi est pour ceux qui se demandent ce que peuvent bien éprouver "les matinaux", et à quoi servent

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

Parmi les défis de la vie, il y a ceux qui reviennent périodiquement. Pour certains, le plus terrible d'entre eux se répète même tous les matins au réveil : sortir du lit. Ce micro-défi est pour ceux qui se demandent ce que peuvent bien éprouver "les matinaux", et à quoi servent ces créneaux horaires.

Chez ceux là, chacun y va de sa stratégie. Programmer six alarmes consécutives, éloigner le réveil à l'autre bout de la pièce, ou recourir à un engin lumineux en hiver sont les classiques. Pour ma part, je me suis résignée à une attitude de victime matinale. Et puis basta.

Il y a bien eu des tentatives pour profiter des aurores. Une colloc fana de course à pied a réussi à me faire lever à six heures lorsque je préparais un semi. J'ai certes apprécié voir la ville encore engourdie, mais l'exception n'est pas devenue une habitude. J'ai aussi poussé jusqu'à me rendre à un Morning Gloryville - au passage, se lever à sept heures du matin un samedi, c'est insensé - où j'ai réussi à faire bonne figure. Mais le format ne m'a pas complètement convaincue, pour des raisons bien résumées ici par N'importe quoi pour des gens bien.

La mode des lève-tôt

Il semblerait que les matinaux aient le vent en poupe en ce moment. Alors je ne vais pas mentir. Je suis un peu sceptique sur cette nouvelle mode des lève-tôt. Le yoga et la méditation au réveil, cela me semble louable, mais honnêtement, ce n'est pas agréable pour n'importe qui ! Et probablement pas pour moi. Mais j'étais quand même intriguée par les habitudes des bobos néo trentenaires autour de moi. Et sensible aux lueurs brillant dans leurs yeux, à l'intense satisfaction qu'ils éprouvaient à raconter tout ce qu'ils avaient fait avant d'arriver au travail.

J'ai été fascinée par cette idée : on peut commencer sa journée par un accomplissement personnel qui soit plus gratifiant que celui de bien assortir sa tenue, ou d'éviter de tâcher ses habits de dentifrice - aucune de ces deux activités n'étant tout à fait à ma portée. Alors j'ai voulu tester ce micro-défi : celui de parfois me lever plus tôt juste pour faire des choses qui me tenaient à cœur.

Bricoleuse matinale

J'ai tout de suite visé haut. Le premier jour du micro-défi j'ai prévu un lever à sept heures pour monter une bibliothèque qui gisait en morceaux au sol depuis 48 heures. La veille je n'y croyais qu'à moitié. J'ai fait un peu d'autopersuasion. J'ai répété quelques fois "tu vas voir, ça va être bien" - je concède que la mantra manque encore de panache -, je me suis fait le petit film dans ma tête : "tu vas te lever, tu vas monter la bibliothèque, tu vas manger, te doucher, aller au travail, faire ceci, faire cela et ta journée sera incroyable". En vérité je me suis endormie au milieu de la phrase.

Contrairement aux séances de course de six heures du matin, le lever fut peu douloureux. Les planches, la clef et les "petits machins" du kit IKEA m'attendaient patiemment. La radio racontait des histoires plutôt marrantes. Et 30 minutes pus tard j'avais un nouveau meuble et des selfies inmontrables avec mon pouce en évidence. J'avais commencé la journée par un petit "win" et des activités physiques modérées. C'était agréable. Et quand plus tard dans la journée je me sentais un peu au ralenti, je me remémorais l'étrange selfie de 7h36.

Faire ce qu'on aime avant le reste

Alors parfois je récidive. Par exemple lorsqu'un livre m'obsède, je fixe une réveil plus tôt que nécessaire. Et je me réveille avec le sourire pour passer du bon temps au milieu des mots. Ou pour écrire aux personnes que j'ai trop négligées. Ou juste finir de préparer les prochaines vacances. J'en connais d'autres qui regardent des séries ou écrivent pour eux. Toutes ces choses étant plus satisfaisantes avec un cerveau éveillé, qu'alourdies par une journée entière de working dude.

En revanche le secret pour quelqu'un comme moi est de savoir exactement ce que je compte faire de ce temps, en m'assurant que ce soit une chose qui me donne vraiment envie. Plus question de prévoir d'aller courir dans le froid et hors de question d'imaginer un grand ménage à 6h23. C'est plutôt une façon de déplacer des activités personnelles du soir vers le matin. Cela suppose aussi de se résigner à se coucher un poil plus tôt. Bref, tenter un autre rythme.

Et je n'affirmerai pas pour autant que je sois devenue "matinale", restons honnêtes. J'ai simplement décidé de commencer certaines journées par des choses qui me plaisent.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner