Salle de Bains Quasi Zéro-Déchets - Etat des lieux

Après le défi No-Poo (comprendre : pas de shampooing), qui a prouvé que certains produits polluants peuvent être tout à faits évincés, la tentation est grande de passer au défi zéro-déchets. La philosophie des petits pas préconisant de ne pas tenter d'appliquer ce mode de vie de manière uniforme et radicale,

Recent Posts

Au sujet d'Aboul

Aboul fait 1m61 et a de grands yeux. L'une de ses principales questions est de savoir s'il est possible d'aligner son mode de vie avec ses idéaux. Parfois ça ne marche pas et on en rigole bien.

Après le défi No-Poo (comprendre : pas de shampooing), qui a prouvé que certains produits polluants peuvent être tout à faits évincés, la tentation est grande de passer au défi zéro-déchets. La philosophie des petits pas préconisant de ne pas tenter d'appliquer ce mode de vie de manière uniforme et radicale, pourquoi pas continuer dans la même veine, à savoir par petites touches, en l'occurence, dans la salle de bains ?

Plutôt qu'une remise en question fondamentale de toutes nos habitudes, commençons par une définition du chantier. La salle de bains est comprise comme le lieu de l'ensemble des rituels hygiéniques corporels. Le défi s'attellera donc à passer au quasi zéro-déchets sur tous les produits impliqués dans cette chorégraphie quotidienne de la propreté, qu'elle se déroule effectivement dans la salle de bains ou plutôt dans la chambre. Par ailleurs, la notion de la salle de bains et sa forme physique ne seront pas remis en cause : pour des raisons d'accessibilité, le défi s'intéresse aux comportements et produits, sans chercher à casser des murs ou revoir la tuyauterie du foyer.

La tentative de l'exhaustitivé

Ces premières précautions explicitées, combien de produits et pratiques sont mis en cause ?

  • la brosse à dents et le dentifrice,
  • les produits de lavage (notamment shampooing et savons),
  • les multiples crèmes (jour, corps, pieds, mains et j'en passe),
  • le déodorant,
  • les démaquillants et dissolvants,
  • les cotons, cotons-tiges et autres objets essuyants,
  • les objets plastiques supplémentaires (rasoirs, épilateurs, flacons de voyage, brosses à cheveux, autre),
  • les produits de ménage de la dite salle de bains (éponges comprises).

En tout, une sacrée ribambelle de produits aux durées de vie plus ou moins éphémères, plus ou moins mis en cause pour les déchets ou l'emprunte carbon.

L'approche graduelle

Un petit ménage plus tard, je constate que je suis à des niveaux différents de "zéro" en fonction des produits. Les lecteurs les plus assidus auront d'ailleurs repéré les quelques produits qui ont déjà fait l'objet de billets, souvent sous forme de micro-défis. Pour les autres, nous verrons. D'autre part, sur certains produits j'ai visiblement eu peur que tous les commerçants de la ville cessent subitement leur activité : mes placards cachent des réserves étonnantes, digne d'une survivante de blocus.

La première décision de ce défi du quasi zéro-déchets sera d'utiliser tous les produits actuellement en cours avant de les remplacer. Ensuite, chaque renouvellement se fait en réfléchissant au plus "zéro" des options disponibles, en évitant à tout prix la culpabilisation. On ne va pas pouvoir tout maitriser, d'où l'utilisation systématique du mot "quasi" pour désigner cette démarche. Promis, pas de solutions toutes faites dans les billets à venir, seulement des expériences et questionnements qui n'ont qu'une valeur d'expérience individuelle. A chacun son "zéro".

Les victoires à reconnaitre, ces quick wins

Il faut se l'avouer. Même lorsqu'on n'a pas officiellement son badge de zéro-waste-bobo-écolo, on a souvent déjà fait des efforts sur ces sujets, et parfois déjà atteint le top en la matière. Les produits réglés (au moins temporairement), dans ma salle de bains, sont :

  • la brosse à dents, même si l'objet parfait n'a pas encore été repéré, des options plus ou moins intelligentes existent,
  • Le shampooing, que vous pouvez relire dans des billets plus fouillés sur les aventures No-Poo. Le premier épisode se trouve ici - rassurez-vous, au fil des billets le ton dévient plus enjoué.
  • le déodorant, car comme beaucoup de bobos qui se respectent je suis une adepte de la pierre d'alun. C'est un produit qui peut provoquer des débats, personnellement ça marche et je suis bien contente de ne pas avoir d'emballages en plastique ni de renouveler l'achat tous les quelques mois,
  • les cotons-tiges, où je vous rappelle la coquette Oriculi, dénichée il y a un mois. Une excellente solution, très appréciée dans ma salle de bains.
  • Comme toute No-Poo person qui se respecte, j'ai des brosses à cheveux en bois. Par ailleurs, la brosse, une fois achetée, ne se renouvelle pas, donc autant les garder même si elles sont en plastique et que vous avez des envies de croisades anti-plastique.

Un aperçu du chemin qui reste à faire

Quelques sujets me rassurent moins, et plus particulièrement les produits à renouveler sous peu :

  • le dentifrice, qui semble difficile à priori, à faire plier au quasi zéro-déchets. Je ne suis pas prête à le fabriquer moi même, et pas certaine qu'il existe beaucoup d'options emballées dans du papier. Affaire à suivre.
  • la crème jour. Un sujet qui risque d'être difficile en raison de l'attachement à une marque particulière. Idem, affaire à suivre.
  • les cotons démaquillants et autres. Sans faire de spoiler, j'ai cru apercevoir une bonne alternative une fois le paquet en cours fini.
  • les produits d'entretient, que je pressens être plus compliqué qu'un simple achat de flacons labellisés "bio" ou autre.

Un certain nombre d'autres produits, que j'utilise assez peu, ou qui sont par nature peu remplacés, feront l'objet de reflexions ad-hoc et circonstancielles. Pas question de les jeter (ou donner) sans s'être fait la conviction qu'une autre solution vaille la démarche.

Enfin, pour finir ce billet en forme de listes, la bonne nouvelle de cette démarche est la (re)découverte d'un impressionnant arsenal de crèmes en tout genre, à finir avant de me creuser la tête sur leur remplacement. Le lancement de ce défi inaugure donc une période faste sur ce plan.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner